Au Québec, les lacs et cours d’eau (eau douce) du Québec abritent 112 espèces de poissons. On associe aux milieux riverains environ 271 espèces de vertébrés, dont 30 espèces de mammifères, plus de la moitié des oiseaux et les trois quarts des amphibiens et reptiles. Certains animaux y passent toute leur vie, alors que d’autres l’utilisent principalement pour l’alimentation, la reproduction ou l’élevage de leurs petits. Un grand nombre des 583 espèces floristiques désignées menacées, vulnérables ou susceptibles d’être ainsi désignées, sont associées aux milieux humides ou riverains.

Dans les lignes qui suivent vous découvrirez des façons d’aménager ou de protéger votre rive à l’aide de techniques respectueuses de l’environnement, tout en participant à la préservation de votre lac. Il s’agit d’un petit guide pratique, qui devrait vous permettre de faire des choix judicieux lorsque des interventions en rives sont rendues nécessaires.

Ce guide est divisé en quatre sections:

  • Le rôle écologique des rives;
  • La législation de base s’appliquant aux rives;
  • Un outil pour établir votre type de rives;
  • Les techniques d’interventions proposées.

Pour bien comprendre les graphiques qui suivent, il est nécessaire de prendre connaissance des informations techniques contenues dans la légende suivante: 

RÔLE ÉCOLOGIQUE DES RIVES 

Lorsque les rives des lacs sont adéquatement stabilisées et végétalisées, elles remplissent plusieurs fonctions, dont les principales sont:

  • Rempart contre l’érosion : la végétation permet de stabiliser les rives, de limiter les pertes de sol et de diminuer les apports en sédiments et en éléments nutritifs associés;
  • Filtre contre la pollution : la végétation absorbe une partie des pesticides et des éléments nutritifs contenus dans les eaux de surface et souterraine. Lorsqu’aménagé efficacement la bande riveraine permet de contrôler l’apport des sédiments et des éléments nutritifs associés dans l’eau du lac;
  • Richesse biologique : la végétation riveraine offre habitat, corridor de déplacement, nourriture et abri à la faune;
  • Fonction paysagère : le caractère naturel est garant de la beauté des paysages et contribue à augmenter la valeur des terraiins riverains.

Le rôle réel joué par une bande riveraine filtrante dépend de plusieurs facteurs, dont la nature physique de l’écoulement des eaux. Pour être vraiment efficace la bande riveraine filtrante doit être une zone offrant obligatoirement une pente douce et un arrangement végétal particulier qui permettra de filtrer, de ralentir et d’infiltrer en partie un écoulement qui se fait en nappe, et non de manière linéaire. On entend par écoulement en nappe, un écoulement réparti horizontalement et d’une hauteur uniforme.

LÉGISLATION DE BASE S’APPLIQUANT AUX RIVES

  • La rive a un minimum de 10 m : lorsque la pente est inférieure à 30 % ou lorsque la pente est supérieure à 30 % et qu’elle présente un talus de moins de 5 m de hauteur.
  • La rive a un minimum de 15 m lorsque la pente est continue et supérieure à 30 % ou lorsque la pente est supérieure à 30 % et qu’elle présente un talus de plus de 5 m de hauteur.

 

 

 

 

 

 

 

Là où la couverture végétale doit être conservée, il est permis de créer une ouverture, d’une largeur maximum de 5 m, pour accéder au plan d’eau. Il est préférable d’aménager le sentier menant à l’accès au plan d’eau avec un angle de 60° ou moins par rapport à la rive afin d’éviter l’érosion par le ruissellement. Lorsque la rive a une pente supérieure à 30 %, l’accès au plan d’eau doit se faire au moyen d’un sentier sinueux ou d’un escalier sur pilotis aménagé de biais avec la ligne de rivage en conservant le maximum de végétation naturelle.

 

TYPES DE RIVES

Les figures ci-après permettent de reconnaître le profil de la rive qui se retrouve sur chaque propriété. Les profils naturels retrouvés au pourtour du lac ne nécessitent aucune intervention puisque ils sont stables et bien végétalisés. Les profils anthropiques, modifiés par l’homme dont les plus courants sont illustrés, nécessitent des interventions de différents ordres selon les conditions du terrain. Les techniques d’interventions suggérées sont identifiées sur les différentes sections des rives types. Les sections sont séparées par des traits rouges et les techniques d’intervention associées aux sectyions, sont écrites sous forme d’abréviations dont la signification se retrouve dans la légende située en début de texte.

 Profil naturel (ne nécessite pas d’interventions)

 

Profils anthropiques (nécessitant des interventions – lettres en rouges/légende)

 

Rive avec mur de soutènement de 1 à 3 m de hauteur

Rive avec plage aménagée

Rive avec sol à nu

Rive avec enrochement stable

Rive avec enrochement instable

Rive engazonnée

TECHNIQUES DE RESTAURATION 

Au point précédent, vous avez identifié grosso modo le type de rive de votre propriété et vous devez maintenant choisir la technique de restauration la plus approprié pour restaurer ou stabiliser la rive de votre terrain.

 

 

Dans les lignes qui suivent, nous vous indiquons les principales techniques de restauration qui ont déjà fait l’objet de devis de performance. Nous donnons également la répartition des coûts alloués à la main d’oeuvre et aux matériaux pour chaucne des techniques. Généralement, selon les réglementations municipales, la priorité doit être donnée aux techniques favorisant l’implantation d’une végétation naturelle.

Les conditions de réussite d’un projet de restauration de rives sont :

  • Choix judicieux des espèces : privilégier les espèces indigènes parfaitement adaptées aux conditions du site à restaurer et possédant une forte capacité de régénération. Une liste des principales espèces recommandées pour la restauration des rives est présentée plus loin dans le texte.
  • Éviter de planter des arbres sur la rive en pente car leur port les rend vulnérable au déracinement (chablis).
  • Surtout ne jamais laisser le sol à nu.

 

Le choix d’une technique de restauration dépend de plusieurs facteurs, tels que le type d’érosion, la pente, le type de sol et les particularités hydrodynamiques du plan d’eau. De plus, certains travaux doivent faire l’objet d’une planification et de connaissances plus poussées. N’hésitez surtout pas à consulter des experts qui pourront vous guider. Contactez Lacs et Chalets pour de plus amples informations sur le sujet.

 

Destruction d’un mur et récupération des débris pour aménager un enrochement qui sera ensuite végétalisé

 

Cette technique est conseillée lorsque le mur est instable et nécessite une réfection. Le mur agit comme une barrière coupant les échanges biologiques entre le milieu aquatique et le milieu terrestre en plus de contribuer à accentuer l’érosion de sa base par les vagues. En recréant une rive naturelle, la richesse biologique est avantagée et les matériaux de démolition sont récupérés dans l’ouvrage de restauration.

Pourcentage des coûts alloués à la main-d’oeuvre : 30 %. Pourcentage des coûts alloués aux matériaux : 70 %

Végétalisation de l’enrochement

 

Mise en végétation de la portion de l’enrochement au-dessus du niveau d’étiage à l’aide de plantations d’arbustes entre les roches.

Pourcentage des coûts alloués à la main-d’oeuvre : 15 % Pourcentage des coûts alloués aux matériaux : 85

 

 

 

 

 

Plantation

 

Cette technique peut être utilisée pour végétaliser un terrain engazonné ou un enrochement. Elle consiste à végétaliser à l’aide d’arbustes ou d’arbres pour stabiliser en profondeur le sol. Utilisée en combinaison avec l’ensemencement lorsque le sol est à nu.

 

 

 

Choix des espèces végétales pour projets de restauration.

Les milieux riverains demeurent des systèmes vivants, complexes, en évolution permanente, et dont toutes les composantes, à la fois, physique, biologique et chimique dépendent les unes des autres. Toute modification de l’une de ces composantes entraine un processus d’interactions et de rétroactions du système riverain. Nous espérons que la lecture de ces quelques lignes vous auront permis de mieux cerner la problématique entourant la restauration ou la stabilisation de vos milieux riverains. 

Pour de plus amples informations ou pour des conseils plus spécifiques, n’hésitez pas à nous contacter.

 

LACS ET CHALETS

Please follow and like us: