Au cours des ans, les riverains sont devenus familiers avec la problématique des cyanobactéries dans certains lacs du Québec au cours de l’été. Loin de diminuer, cette problématique continue d’être présente bon an mal an dans plusieurs lacs, et il est prévisible que les changements climatiques accentueront le phénomène.

Par contre la présence de cyanobactéries à la surface des lacs au cours de l’automne est un phénomène moins connu, mais répandu.  Comme les villégiateurs sont moins présents autour des lacs, le phénomène est moins rapporté et surtout moins médiatisé. Il n’en demeure pas moins présent.

Rappelons que le développement des cyanobactéries dans les lacs est essentiellement causé par la présence d’éléments nutritifs en abondance, en particulier le phosphore. Les sources du phosphore dans les lacs sont multiples, certaines sont d’origine humaine, d’autre naturel.

Le développement des cyanobactéries au cours de l’automne est relié à la convergence occasionnelle de plusieurs facteurs.

D’abord la présence de fortes quantités de phosphore est reliée au fait qu’à l’automne lorsque l’eau de surface refroidit et atteint 4 degrés Celsius, le poids de l’eau étant alors maximal, que cette eau s’enfonce graduellement dans le lac et est alors remplacée en surface par des eaux provenant des parties plus profondes et légèrement plus chaudes du lac, et cela jusqu’à ce que la température de l’eau soit semblable sur toute la colonne d’eau du lac.

Lire aussi: LIMNOLOGIE POUR LES NULS

Les eaux émergentes qui ont été en contact avec les sédiments du fond du lac tout au long de l’été, se sont enrichies en phosphore.

L’arrivée de ces eaux ainsi à la surface des lacs est la première condition pour le développement d’un bloom de cyanobactéries. La seconde condition, tout aussi essentielle, relève de la météorologie. En effet s’il advient des températures plus élevées que la normale, couplées à des périodes d’ensoleillement prolongés et de faibles vents au cours de cette période, ce que l’on nomme l’été des indiens, nous assistons généralement au développement de cyanobactéries à la surface des lacs.

C’est un phénomène naturel qui peut survenir dans des lacs ne présentant pas de problématique d’éclosions de cyanobactéries au cours de l’été, et même dans des lacs sans chalets.

 

LACS ET CHALETS

 

Please follow and like us: